septembre 6

Infos sur le HDMI

On pourrais croire qu’un cable ou un connecteur HDMI laisse passer un signal et point. Il n’en est rien car, comme tout en informatique, on transmet des données (codés) qui sont ensuite décodés. Codé d’une certaine manière et avec certains protocoles. Le cable ou l’appareil qui à la charge de transmettre ou afficher ces données devras donc être compatible avec ces protocoles.

Les versions

HDMI 1.2

Pratiquement tous les appareils AV fabriqués aujourd’hui (lecteurs DVD, décodeurs, etc) ont le HDMI1.2 comme norme minimale, fournissant audio + vidéo sur un seul câble.
– Ajout du support pour un bit audio utilisé sur les Super Audio CD, jusqu’à 8 canaux
– Disponibilité des connecteurs HDMI de Type A pour les équipements informatiques
– Capacité à un ordinateur de conserver son espace de couleur sRGB quand il envoie son flux à une TVHD qui cependant garde son espace de couleurYCbCr
– Prise en charge des sources à basse tension

HDMI 1.3

Le HDMI1.3 ajoute le support des formats HD 7,1 audio sans perte, comme le Dolby TrueHD, DTS-HD et DTS-MA (Master Audio). Ceci est d’une importance particulière pour les disques Blu-ray puisque c’est le minimum requis pour être en mesure de profiter de ces nouveaux formats audio dans un home cinéma.
– Augmentation de la bande passante sur un simple lien HDMI de type A à 340 MHz (10,2 Gbit/s)
– Support du Deep Color avec 30-bit, 36-bit et 48-bit sRGB ou YCbCr comparé au 24-bit sRGB ou YCbCr dans les précédentes versions HDMI
– Prise en charge d’un espace de couleurs 1,8 fois plus large que le sRGB :xvYCC
– Fonction Lip-sync pour une synchronisation automatique de l’image et du son
– Support du Dolby TrueHD et DTS-HD Master Audio7, format compressés sans perte de qualité des disques Blu-ray et HD DVDs
– Câble de catégorie 1 et 2 définis. Câble de catégorie 1 correspond à une fréquence pixel max. de 74,25 MHz tandis que la catégorie 2 correspond à une fréquence pixel max. de 340 MHz
– Disponibilité d’un nouveau mini-connecteur de Type C pour appareils portables

HDMI 1.4

Le HDMI1.4 ajoute le support pour la 3D native sur HDMI, assurant une expérience 3D  « plug-n-play ». Il fournit également la prise en charge de la résolution 4k x 2k, qui fait apparaît dans la signalisation numérique et les grandes installations multi-écrans.
– Prise en charge du format des écrans 3D stéréoscopique (officiellement, mais le 1.3 est suffisant pour la 3D 1080i)
– Support des résolutions jusqu’à 4096×2160 (résolution du 4K) (24 Hz) et3840×2160 (Quad HDTV) (24 Hz / 25 Hz / 30 Hz)
– Possibilité de servir de câble réseau avec une vitesse de 100 Mbps
– Ajout d’espaces colorimétriques comme l’Adobe RGB
– Nouveau connecteur micro-HDMI pour les appareils portables qui est 50 % plus petit que l’actuel mini-HDMI

HDMI 2.0

la principale nouveauté repose sur une augmentation significative de la bande passante, presque doublée de 10,2 Gbit/sec à 18 Gbit/sec. L’objectif est de permettre la transmission d’un flux vidéo 4K (4096 x 2160 pixels, ou 2160p) à la cadence de 60 images par seconde, contre 24 actuellement.
La norme HDMI 2.0 permet également la transmission simultanée de 32 canaux audio, avec une fréquence d’échantillonnage potentielle de 1,536 MHz. S’ajoutent à cela la prise en charge du ratio 21:9 et de nouvelles extensions CEC pour piloter plusieurs appareils chaînés les uns aux autres.

HDMI 2.0 a

Cette nouvelle norme permet la prise en charge du High Dynamic Range (HDR).
Le HDMI Forum explique que ce format « fournit une meilleure qualité d’image en offrant simultanément des parties sombres et claires de l’image plus détaillées »

Les protocoles inclus

ARC

L’Audio Return Channel (ARC) implémenté dans le contrôleur HDMI 1.4 ou 2.0 des appareils audio-vidéo compatibles, permet à un amplificateur de recevoir le son du téléviseur par le biais d’un unique câble HDMI.
Autrement dit, le câble HDMI par lequel l’amplificateur envoie image et son au téléviseur fonctionne également en sens inverse, mais pour le son en provenance du téléviseur uniquement.

Les téléviseurs fabriqués à partir de 2012 sont capables de diriger les flux audio numériques , des appareils qui lui sont connectés en HDMI, vers l’amplificateur auquel le téléviseur est connecté (en HDMI ARC).
Par contre, les téléviseurs fabriqués en 2011 se contentent souvent de rediriger uniquement le son en provenance de la TNT.

Vu sur un site : « Comme avec la plupart des téléviseurs, l’entrée HDMI ARC ne permet d’envoyer QUE du PCM (2 canaux) à partir d’appareils connectés au téléviseur via HDMI ou analogique.
Il est donc conseillé de connecter les appareils (box, lecteur, DVD…) sur les HDMI de l’ampli et de connecter la sortie HDMI ARC à l’entrée HDMI ARC du téléviseur.
Cette configuration va vous donner la meilleure performance globale de son« 

et encore : « si vous activez dans le menu de votre téléviseur la conversion au format PCM stéréo, les flux Dolby Digital de la TNT ou DTS en provenance d’un lecteur Blu-ray seront mixés du format 7.1/5.1 au format stéréo. Attention donc à ne pas activer cette conversion si vous souhaitez que votre amplificateur home-cinéma reçoive le flux audio original.« 

CEC

Chaque fabricants à rebaptisée la technologie CEC avec un nom qui lui est propre :

    • AOC: E-link
    • Hitachi: HDMI-CEC (Thank you, Hitachi!)
    • LG: SimpLink
    • Mitsubishi: NetCommand for HDMI
    • Onkyo: RIHD (Remote Interactive over HDMI)
    • Panasonic: HDAVI Control, EZ-Sync, or VIERA Link
    • Philips: EasyLink
    • Pioneer: Kuro Link
    • Runco International: RuncoLink
    • Samsung: Anynet+
    • Sharp: Aquos Link
    • Sony: BRAVIA Sync
    • Toshiba: CE-Link or Regza Link
    • Vizio: CEC (Thank you, Vizio!)

sourceSource, Wikipedia, source

Catégorie : HardWare | Commenter
mai 10

Installer un NAS Synology DS 212J

Une fois le NAS connecté en réseau, insérer le CDrom fourni, installer le programme. Il va demander ensuite un fichier .pac qui est situé dans un des dossier du CDrom (pourquoi faire simple…)

Une fois installé, se rendre via son navigateur à l’URL du NAS.
La ruse est que sur le bureau, toute les icones ne sont pas présentes, on peut en rajouter facilement d’autres via un glisser/déposer du gestionnaire.
Et le plus drole, c’est que par défaut, sur le bureau, le gestionnaire de stockage (indispensable pour créer les partition) n’est pas installé. Il faut donc juste allez voir dans la barre du haut.

Configuration des 2 disques-dur en RAID 1.

synology-gestionnaireDD

créer un RAID 1 classique plutot que le RAID « maison » de Synology.

synology-personnalisé synology-raid

Créer un groupe de disque.

synology-groupe  synology-disques

RAID 1

synology-raid1

Vérifier les disques et lancer la création

synology-verif  synology-taille

synology-recap  synology-encours

Les disques sont indiqués comme formatés en Ext4 (Linux)

Je pensais donc pouvoir les éditer, une fois démonté du NAS, sur un Windows, via évidement un logiciel du style partition Wizzard, qui me donne ça

Synology-disque sur PW

ou avec Linux reader, mais pas moyen.
Je n’ai pas testé avec un linux mais je me pose la question de la récupération de mes données.
Elles sont bien conservées en double sur les disques du NAS MAIS si celui-çi tombe en panne OU qu’il y a un problème de gestion du RAID, pourrais je récupérer mes données via un autre ordinateur ?

Je n’ai pas trouvé de réponse clair sur le Net.

 

Catégorie : HardWare | Commenter
avril 13

Zalman – Disque-dur bootable

Si vous cherchez une solution pour utiliser des LiveCD Linux, de dépannage informatique et même d’installation de Windows SANS passer par un gravage fastidieux sur un CD rom OU une laborieuse et incertaine utilisation de clé USB bootable… la solution EST un boitier USB disposant d’un petit OS le rendant bootable, j’ai nommé le Zalman ZM-VE300.

Ce boitier existe en version USB2 ou USB3. Il suffit de lui rajouter un disque-dur de 2.5 pouces pour le rendre utilisable.

zalman - schema

Une fois fait, il faut créer dedans un dossier appelé « _ISO » et d’y coller dedans toutes ses fichier.ISO correspondant à autant de bootCD que l’on souhaite.
Dans ce dossier, on peut créer des dossiers et mettre les diverses ISO dedans, histoire de les classer par thématiques.
Mieux vaut éviter de donner des noms de  avec des accents, espace ou autres caractères spéciaux.
je recommande aussi de défragmenter régulièrement le disque, les bootCD aime bien de ISO stable.

zalman - dossier

Le reste du disque peut être utiliser pour mettre ce que l’on veut, en utilisation de disque-dur externe classique donc.

Une fois fait, il suffit de connecter le zalman en USB au PC AVANT de démarrer et de dire au PC de booter dessus, selon le BIOS utilisé les touches peuvent êtres ESC, F12, F8…

zalman-bios
Le Zalman dispose d’une molette permettant de choisir différents mode d’utilisation. Je préconise le mode DUAL (voir photo du LCD) qui permet d’avoir accès au ISO de boot mais aussi au disque-dur classique.

zalman-lcd

Voila, adieux CD et DVD !!!

Un ZMVE-300 – UpdateTools(R1187N)_x86 permet aussi de mettre le firmware à jour.

En cas de pépin à l’installation, un bon tuto en Anglais.

 

 

 

 

 

août 30

Portable qui chauffe et écran qui bug

Beaucoup de portable équipé de puce graphique Nvidia 8400 GS ou 8600 GS peuvent avoir des problèmes du à de mauvaise puce graphique quand meme mis sur le marché par Nvidia.

Après une durée de vie indéterminé ou suite à une surchauffe (portable posé sur un lit ou un coussin, ventilo bloqué…) la puce de décolle de son radiateur et chauffe beaucoup trop , au point de mettre le PC en « ecran noir » ou de provoquer des gel ou pixellisation d’image.

Le démontage, notamment de HP étant très compliqué, il faut tout démonter pour avoir accès à la puce et de plus, ensuite il faudrait décoller/recoller la puce.
Boulot impossible sans matos adapté.

Une méthode plus simple.

  • Mettre à jour le driver Nvidia (pour corriger la vitesse du ventilo)
  • mettre à jour le bios (idem driver)
  • Placer un aspirateur sur la grille de sortie d’air du ventilo GPU et souffler fort dans la grille d’entrée d’air du GPU
Catégorie : HardWare | Commenter
novembre 8

Fabriquer un cable réseau

Pour un câble droit (PC vers box)

Il existe 2 standards T568A ou T568B :

  1. Le A  pour la téléphonie
  2. le B pour les réseaux.

Les 2 extrémités doivent avoir le même câblage.

  • Dénuder la gaine du double la longueur de la prise RJ45
  • Mettre les fils dans l’ordre  des couleurs (pin 1 à 8), suivant l’image
  • Tirer dessus linéairement pour les mettre bien droits et cote à cote,
  • En maintenant la base des fils (près de la gaine), effectuer des petites rotations de droite à gauche qui permettent de bien mettre les fils à plats
  • couper les fils (45° avec l’axe des fils) pour avoir une longueur d’un peu moins la longueur de la prise RJ45 (pour que la gaine rentre un peu dans la prise)
  • Maintenir les fils le plus près possible de leurs bords et les insérer doucement dans la prise
  • bien vérifier que l’ordre des fils ne c’est pas modifié
  • Enfoncer les fils dans la prise (en la plaquant contre une surface solide) , ils doivent apparaitre au bout de la prise
  • sertir la prise à l’aide d’une pince dédié à cela

Un tuto détaillé et une comparaison entre les cable de catégories 5 et 6.

Avec des prises femelles

Les cables réseaux sont souvent très rigides, pas évident donc à faire suivre vers les box et autres.
De plus, une RJ45 male montée sur un cable est indémontable.

Une solution plus souple, et plus simple au niveau du « bricolage » et d’utiliser des prise femelle.
Sur eBay ou MaisonDuCable , on en trouve de la marque Digitus, pas chère du tout.

digitus ouvert digitus et pince digitus et fils

Il suffit de :

  • Passer le cable dans le grip fils (photo 3), sans dénudé et en faisant dépasser un peu.
  • Bien respect le code couleurs « B »
  • Plaquer fortement le grip fils sur la prise
  • Couper à ras les fils qui dépassent
  • Refermer le couvercle, qui maintient le grip fils en place

Le truc cool c’est que l’on peut facilement ouvrir la prise au besoin pour refaire le boulot.

Catégorie : HardWare | Commenter
juin 18

SAV Western Digital

Le SAV de WD est assez efficace.

procédure

Enregistrer son disque-dur, avec la date de son achat
Déclarer une panne pour pouvoir recevoir par mail un bon RMA
Imprimer le bon et coller les 2 étiquettes sur le paquet, bien rembourré (ou  se servir d’un emballage d’un précédent retour du sav de Western Digital)

Seuls les produits et les quantités autorisés et figurant sur le bordereau d’expédition joint seront acceptés. SVP assurer vous que le numéro de RMA soit visible sur 3 cotes de la boite. Veuillez vous assurer que chaque disques soit emballes individuellement et utiliser un emballage cartonne rigide. Si ce bordereau d’expédition est erroné, contactez Western Digital avant de procéder à l’expédition.

Tous les produits acceptés par Western Digital pour un traitement RMA ne vous seront pas renvoyés. Toutes les données sur les disques durs seront effacées. Veillez à sauvegarder les données figurant sur vos disques durs avant expédition. Veillez à lire et à suivre les instructions d’emballage et d’expédition spécifiées ci-dessous. Des méthodes d’expédition inappropriées risquent d’entraîner un retard dans le traitement de votre RMA.

Vous acceptez de ne pas tenir Western Digital responsable de la perte ou des dommages découverts soixante (60) jours après la date d’émission de cette RMA. Cette période sera considérée comme une période raisonnable durant laquelle vous pouvez porter réclamation pour la perte ou les dommages découlant de cette transaction.

Envoyer en colissimo

Catégorie : HardWare | Commenter
mars 27

PFC d’une alimentation de PC

Pourquoi le PFC ?

Le PFC signifie Power Factor Correction. En bon français, on parle de correction du facteur de puissance. Sans rentrer dans trop de détails techniques, le but du PFC est d’éviter les effets néfastes de ce que l’on nomme les harmoniques. En gros, les harmoniques sont les fréquences que l’on trouve en dehors de la courbe sinusoïdale parfaite qui résulte de la circulation alternative du courant et de la tension sur un réseau électrique. La présence d’harmoniques entraîne une déformation de la courbe parfaite sinusoïdale et amène des effets que l’on ne souhaite pas car ils ne servent à rien. Le but du PFC est donc de ramener la forme de la courbe du courant en entrée le plus possible vers une forme sinusoïdale, tout en veillant à mettre en phase la tension et le courant.

Le PFC a aussi pour objectif de contrecarrer les effets néfastes résultant du principe de fonctionnement d’une alimentation à découpage. Ici encore sans s’étaler dans des détails techniques, on peut schématiser en disant qu’avant d’envoyer du courant à l’étage de découpage, l’alimentation va « transformer » le courant alternatif de votre réseau électrique en courant continu. Ce dernier n’est pas constant et pour éviter cela, les alimentations se dotent de condensateurs qui jouent le rôle d’accumulateurs avant envoi à l’étage de découpage. En gros, le condensateur accumule de l’énergie et arrivé à un seuil, la libère vers l’étage de découpage avant une nouvelle phase d’accumulation. En pratique, il en résulte des appels brutaux de courant qui génèrent une forme comprenant de nombreux pics, dès lors très éloignés d’une forme sinusoïdale. C’est là que le PFC va intervenir également pour essayer de revenir à une courbe d’allure sinusoïdale.

PFC actif et passif

Le PFC, les fabricants ne s’en soucient pas à la base. Ce sont des normes européennes et japonaises qui ont imposé aux fabricants d’appareils de plus de 75 watts de doter de tels appareils de correcteurs de facteur de puissance. A ce niveau, on distingue les alimentations dotées d’une correction passive du facteur de puissance et celles dotées d’une correction active. Les alimentations dotées d’un PFC passif sont immédiatement identifiables quand on les ouvre. Il suffit en effet de repérer une pièce volumineuse souvent vissée au châssis. Cette « bobine » fait son office en entrée du courant dans l’alimentation, avant la phase de conversion du courant alternatif en courant continu et avant la phase de découpage. Le rôle de cette bobine va être de générer une réaction inverse à la variation de courant induite par les cycles de charge du condensateur afin toujours de se rapprocher d’une courbe sinusoïdale.

PFC
Une bobine typique d’un bloc doté d’un correcteur passif du facteur de puissance

Un PFC passif est typiquement utilisé dans des alimentations n’ayant pas été prévue dès leur phase de conception pour corriger activement le facteur de puissance. Il permet donc à des alimentations ne tenant pas compte à la base de la correction du facteur de puissance de malgré tout respecter les normes édictées par l’Europe et le Japon. Les alimentations « Passive PFC » de nos jours ont tendance à se raréfier et sont limitées à l’entrée de gamme. Heureusement car la correction passive du facteur de puissance n’est pas des plus efficaces, d’autant plus lorsque la charge augmente. Peut-être avez-vous déjà entendu une alimentation dotée d’un PFC passif grésiller lors de charges importantes. Lors de nos tests, nous l’avons par exemple constaté sur des blocs LC Power, Aikuo et la Tacens Radix. Ce bruit s’explique par le fait que la « bobine » fonctionne alors à des fréquences perceptibles par l’oreille humaine.

De son côté, le PFC actif ne va pas se contenter de produire un contre-effet comme le PFC passif. Placé en entrée du courant, ce module va se charger de corriger en temps réel l’allure du courant par rapport à la tension. En gros, un PFC actif analyse le courant en entrée et le corrige pour obtenir la forme la plus sinusoïdale possible. Un PFC actif certes coûte plus cher mais le résultat est nettement meilleur au final, à tous les niveaux, y compris lors de grosses charges lors desquelles le facteur de puissance ne chutera pas, que du contraire. Un de ces inconvénients cependant est qu’il dégrade quelque peu le rendement à cause de pertes induites par son principe de fonctionnement.

Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, je vous renvoie vers l’excellent dossier de notre confrère et ami Cooling-Masters consacré au fonctionnement d’une alimentation. Pour y accéder, suivez ce lien.

source

Catégorie : HardWare | Commenter