février 11

BitTorrent syncro est désynchronisé

BitTorrent Syncro est un système permettant de syncroniser des dossiers entrent divers OS.
Je l’ai installé entre un serveur Debian et un PC sous Windows 8.1 MAIS parfois la syncro se stoppait avec un message « désynchronisé » afficher sur l’interface.

1er solution

Accéder à l’interface, cliquer sur le client (lien bleu) pour ouvrir la liste des fichiers en cours de syncro.

En haut est indiqué le chemin du fichier en cours de syncro, pour moi, quand ça désynchronise, j’ai le même fichier indiqué MAIS pas dans le dossier ou il était à l’origine (dans mon exemple, les fichiers de Robocop étaient dans …/downloads/films/)

Je suis juste allez dans le dossier « films » et supprimer le dossier « Robocop », cela à suffit à désyncroniser.

Peut être aussi que si on déplace de dossier un fichier en cours de syncro, BitTorrent perd le fil et se désynchronise.

2e solutions

  • déconnecter les dossiers qui déconnent
  • fermer le client du PC
  • supprimer le dossier (caché) .sync sur le PC
  • et sur le serveur : ls -a (pour lister le dossier caché) et rm -R .btsync (pour le supprimer)
  • recréer la liaison

 

Plus d’aide

Catégorie : Kimsufi, WINDOWS | Commenter
décembre 9

Installer RuTorrent sur un serveur Debian

Tester sur Debian 7.5 64bits

En tant que root (mon utilisateur est « wyman »)

apt-get update
sudo apt-get install subversion build-essential automake libtool libcppunit-dev libcurl3-dev libsigc++-2.0-dev unzip unrar-free curl libncurses-dev
apt-get install apache2 php5 php5-cli php5-curl

Activer scgi for Apache

apt-get install libapache2-mod-scgi

 ln -s /etc/apache2/mods-available/scgi.load /etc/apache2/mods-enabled/scgi.load

Installer XMLRPC

mkdir /install;cd /install
svn checkout http://svn.code.sf.net/p/xmlrpc-c/code/trunk xmlrpc-c-code
cd xmlrpc-c-code
./configure --disable-cplusplus
make
make install

Installer libtorrent

cd /install
wget http://libtorrent.rakshasa.no/downloads/libtorrent-0.13.4.tar.gz
tar xvf libtorrent-0.13.4.tar.gz
cd libtorrent-0.13.4
./autogen.sh
./configure
make
make install

Installer rTorrent

cd /install
wget http://libtorrent.rakshasa.no/downloads/rtorrent-0.9.4.tar.gz
tar xzvf rtorrent-0.9.4
cd rtorrent-0.9.4
./autogen.sh
./configure --with-xmlrpc-c
make
make install
ldconfig

Configuration

cd ~/
wget http://vps6.net/src/.rtorrent.rc
cp .rtorrent.rc /home/wyman/
Editer la fichier
nano .rtorrent.rc

Modifier le chemin du dossier « download » , « .session » et « watch »

Installer RUtorrent et ces plugins

cd /install
wget https://bintray.com/artifact/download/novik65/generic/rutorrent-3.6.tar.gz
tar xvf rutorrent-3.6.tar.gz
mv rutorrent /var/www
wget https://bintray.com/artifact/download/novik65/generic/plugins-3.6.tar.gz
tar xvf plugins-3.6.tar.gz
mv plugins /var/www/rutorrent
(rm -rf /var/www/rutorrent/plugins/darkpal)
perso, je n'ai pas darkpal dans le dossier plugins, donc je n'ai pas fait cette commande
chown -R www-data:www-data /var/www/rutorrent

 

A partir de la, l’interface graphique est accessible au ip_serveur/rutorrent.

On peut cependant sécuriser un peu plus le truc, voir ce tuto

Liens :

http://web.archive.org/web/20140213003955/http://libtorrent.rakshasa.no/wiki/RTorrentCommonTasks

http://libtorrent.rakshasa.no/

https://aur.archlinux.org/packages/rtorrent-git/

https://aur.archlinux.org/packages/libtorrent-git/

https://bintray.com/novik65/generic/ruTorrent

source

Catégorie : Kimsufi, Linux | Commenter
décembre 7

Installer une SeedBox sur un serveur Debian

Plutôt que de passer par l’install de rtorrent (client torrent) + rutorrent (interface web) + php + serveur Web….

Je décide d’installer CakeBox, même si la partie streaming via le navigateur ne m’interrese pas.
Infos : Si votre serveur à déja un serveur Web, il vaux mieux le désinstaller pour éviter les conflits.

Télécharger/installer le script

wget --no-check-certificate https://raw.github.com/Cakebox/Cakebox/master/scripts/mardambey_script.sh

L’opération peut prendre un peu de temps… une fois fait, on obtient un truc du style.

cakebox-install

Bien noter le mot de passe, au besoin retaper le dans la console DOS pour être sur des majuscule/minuscule et chiffres (entre 0 et O par ex).

Le tout est accessible via : ip_serveur/rutorrent et ip_serveur/cakebox

Rutorrent télécharge par défaut dans : /var/www/cakebox/downloads

Pensez donc à créer des dossiers pour séparer les téléchargements

cd /var/www/cakebox/downloads
mkdir serie
mkdir film

Ou plus simple, via l’interface de la cakebox

Pour ma part, sur un Debian 7.5 64bit, ça fonctionne.

source source

août 16

bien configurer ruTorrent

Pour installer ruTorrent sur un serveur KimSufi 2G (Debian 7.5),  ‘ai suivi cette excellent tuto. L’étape 3 peut être longue, selon la puissance du serveur mais ça marche !

Mise à jour en decembre 2014

Les plugins (voir)

Par défaut, je n’ai pas tous les plugins installés ??

Je met en zip (version 3.6) RUtorrent-plugins

Ils sont dans le dossier /var/www/rutorrent/plugins. Mais si j’en place 1 manuellement dedans, mon interface n’as plus que l’option générale ???

rutorrent-options01

Tadd-Labels

qui permet de rajouter un label à chaque ajout de torrent

cd /var/www/rutorrent/plugins/ wget http:<span class="hljs-comment">//rutorrent-tadd-labels.googlecode.com/files/lbll-suite_0.8.1.tar.gz tar --verbose --gzip --extract --file lbll-suite_0.8.1.tar.gz rm lbll-suite_0.8.1.tar.gz

 

Rajouter des dossiers

RuTorrent crée un dossier « Downloads », il est souhaitable de créer à l’intérieur des dossiers (film, serie…) pour classer ce beau monde.

Avec mkdir, il faut leurs attribuer les même droits que l’utilisateur de ruTorrent (avec chown -R).

Etiqueter automatiquement

rutorrent-autotools

Allez dans : paramètres/autotools

Cocher « activer autolabel » et indiquer le chemin de son dossier « downloads ».

Lors de l’ajout d’un torrent, le fait de le placer dans un dossier lui attribuera une étiquette (dans la colonne de gauche de ruTorrent) du même nom que le dossier.

En cas de panne

Si l’interface est disponible MAIS rtorrent pas joignable :

rtorrent

Bizzarement, cette commande démarre Rtorrent MAIS si on se déconnecte, il s’arrête …

Pour démarrer éfficacement et durablement donc :

screen -S rtorrent rtorrent

message indiquant de vérifier le fichier config.php et les variables $CGI…

screen -fa -d -m /usr/local/bin/rtorrent

Ou

rm /root/session/rtorrent.lock

Mettre à jour

cd /<span class="hljs-keyword">var</span>/www/rutorrent/ git pull origin master

source

novembre 9

Installer BitTorrentSync sur un serveur Linux

BitTorrent Syncro est un système permettant de synchroniser des dossiers entre des serveurs/PC/RaspBerry/Android, via le protocole torrent et de manière sécurisé.

Sur Debian server 7.5 64Bits

Pour l’instant, la plus simple à mettre en oeuvre

Utiliser un depot pour récupérer la dernière version (2.0 en 2015)

sh -c "$(curl -fsSL http://debian.yeasoft.net/add-btsync-repository.sh)"

Mettre à jour tout ça et installer BTsync

aptget update

aptget install btsync

Suivre les choix par défaut sauf pour :

Groupe utilisateur, on a le choix de root, btsync ou l’utilisateur d’une session déjà présente sur le serveur.
Perso, j’ai mis ce dernier choix, pensant que btsync

port d’écoute, mettre entre la plage indiqué

Pour ma part, ça n’a pas fonctionné du 1er coup, j’ai du repasser par l’étape de configuration pour ça :

<span class="pln">dpkg</span><span class="pun">-</span><span class="pln">reconfigure btsync</span>

On peut éditer aussi le fichier de configuration :

nano /etc/btsync/debconf-default.conf

qui devrait ressembler à ça

btsync-config02

A noter que « storage_path » n’est pas le dossier qui est syncronisé mais le dossier qui contient des fichiers propres au fonctionnement de bittorrent syncro.

Ne reste plus qu’à ce connecter sur : http://ip_serveur:port_indiqué
pour avoir accès à l’interface. Après avoir indiqué un login/password, on peut ajouter des dossiers.

En cas de problème de droit d’écriture, on peut lister les droits d’un dossier avec :

ls -l

et modifier les droits avec

chown -R utilisateur:utilisateur /home/utilisateur/dossier

Cerise, btsync démarrage tout seul au démarrage du serveur…

En cas de pépin la dessus, on peut éditer le fichier

nano <strong>/</strong>etc/default/btsync

ou démarrer manuellement

service btsync start
service btsync stop

Mettre à jour

La dépot de BitSync étant dans la liste des dépots de mise à jour du serveur :

apt-get <span class="hljs-operator"><span class="hljs-keyword">install</span> <span class="hljs-keyword">update</span></span>

puis

apt-get install btsync

source

source

source

 

Sur Ubuntu Server ou debian (via Gnome)

Installation

Télécharger la version de bitsync pour Linux 64Bits

Créer un dossier dédié

sudo mkdir /usr/bin/btsync/

Placer le fichier dans le dossier, via FTP ou wget

ce placer dans le dossier

cd /usr/bin/btsync

extraire le fichier

sudo tar -zxvf le_fichier.tar.gz

exécuter le service

(Ou, via l’interface graphique : Ouvrir le tar de btsync, extraire le btsync et le placer dans le dossier/usr/bin)

Ce placer dans le dossier (cd /usr/bin) et démarrer le bouzin

./btsync

L’interface Web devrait être visible à l’adresse http://ip_serveur:8888/gui

NOTE pour la version 2.2

Pour ma part, je n’ai pas accès via l’adresse IP du serveur MAIS seulement via Gnome et son navigateur, à l’adresse 0.0.0.0:8888.

btsync-gui

Utilisation

A la première connexion, on est invité à créer un login et password

On peut ensuite choisir les dossiers à synchroniser sur le serveur, avec des options de partage (lecture/écriture/via QRcode…)
On peut choisir que les fichiers supprimés soit mis dans un dossier « syncro archive » à des fin de versionning par exemple.

btsync-general btsync-avancé

Il suffit ensuite d’installer les « clients » BitTorent sur chaque machines que l’on souhaite.
A moindre frais, on se fait donc un DropBox « maison » sécurisé et surtout nous appartenant.

Notes

Ne pas oublier qu’un serveur n’est pas destiné à être arrêter/démarrer régulièrement.

En cas de reboot du serveur donc, ne pas oublier de redémarrer btsync, en se plaçant dans le dossier

cd /usr/bin/btsync

et exécuter

./btsync

Il doit avoir moyen de faire démarrer automatiquement à chaque boot, via le dossier « init.d » je pense…

 

Sur Debian Serveur 7.6/64bits

Récupérer la dernière version de btsync, sur le site et la placer dans le dossier /home

Décompresser le fichier

tar xzf btsyncx64.tar.gz

Déplacer le dossier dans le dossier prévu pour les applications utilisateur par défaut

mv btsync /usr/bin/

Se placer dans le dossier de btsync

cd /usr/bin

Et démarrer le bouzin

./btsync

Un message de « PID » devrait apparaitre.

Dans votre navigateur, indiquer l’URL  : http://ip_du_serveur:8888/

Une belle page de configuration devrait apparaitre. On doit alors choisir un ID et passe et le/les dossiers à syncroniser.

Note:

Pour moi, ça marche comme ça mais beaucoup de tuto indique de faire ça.

Faire comme plus haut jusque avant le démarrage du bouzin

Créer un dossier (dans le dossier prévu pour les applications utilisateur par défaut) qui contiendra la configuration de btsync

mkdir /etc/btsync

Créer un fichier de configuration

/usr/bin/btsync–dump-sample-config>/etc/btsync/btsync.conf

Editer ce fichier

nano /etc/btsync/btsync.conf

Directory_root = le dossier qui contiendra la base de donnée de btsync

listen = 0.0.0.0:port_choisi

login et password = choisir un truc

Ouvrir les ports dans le firewall du serveur

nano /etc/init.d/firewall

Et indiquer dedans

# BitTorrent Sync
iptables -t filter -A OUTPUT -p tcp –dport port_choisi -j ACCEPT
iptables -t filter -A OUTPUT -p udp –dport port_choisi -j ACCEPT
iptables -t filter -A INPUT -p tcp –dport port_choisi -j ACCEPT
iptables -t filter -A INPUT -p udp –dport port_choisi -j ACCEPT

Prendre en compte ça

/etc/init.d/firewall

J’ai fais la modif du port, dans le fichier .conf, mais mon interface est quand même accessible avec le port 8.8.8.8 ???

Si quelqu’un peut m’éclairer la dessus.

Catégorie : Kimsufi | Commenter
septembre 8

Installer transmission sur Kimsufi

Testé sur Kimsufi 2G, avec Ubuntu serveur 13.04

Transmission se compose d’un logiciel serveur et d’un autre client (sur PC, qui ressemble à Utorrent)
le but étant que le client pilote le serveur.

Tout ce passe ne ligne de commande Linux, avec le programme Putty.

Mettre à jour Ubuntu au besoin

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

Installer Transmission, via le dépot de Linux

sudo apt-get install transmission-daemon

Créer un utilisateur et groupe, dédié à Transmission

useradd -d /home/transmission -m transmission
usermod -a -G transmission transmission
passwd transmission (on change le mot de passe de l’utilisateur)

Créer 1 dossier pour les fichiers téléchargés complet et un autre pour ceux en cours de téléchargement et y mettre des droits CHMMOD

mkdir /home/transmission
mkdir /home/transmission/incomplet
chown -R transmission:transmission /home/transmission
chown -R transmission:transmission /home/transmission/incomplet

Selon ses besoins, créer des dossiers pour trier les fichiers, lors du téléchargement du torrent

mkdir /home/transmission/films
chown -R transmission:transmission /home/transmission/films

Désactiver transmission (pour pouvoir l’éditer, sinon la config ne prend pas ??)

sudo /etc/init.d/transmission-daemon stop

Editer le fichier de configuration de Transmission

nano /etc/transmission-daemon/settings.json

Indiquer ceçi :

  • download-dir : « /home/transmission » => Chemin dans lequel les fichiers terminés seront enregistrés.
  • incomplete-dir : « /home/transmission/incomplet » => Chemin dans lequel les fichiers  temporaires seront stockés.
  • incomplete-dir-enabled : true => Permet d’activer la séparation des fichiers téléchargés et incomplets.
  • rpc-authentication-required : true => Active l’authentification pour le contrôle distant (RPC).
  • rpc-enabled : true => Active le contrôle à distance.
  • rpc-password : « MON_MOT_DE_PASSE » => Choisir le mot de passe pour l’accès distant (remplacer par ce que vous voulez).
  • rpc-port : 9091 => Port pour l’accès distant.
  • rpc-url: « /MON_NOM_INTERFACE/
  • rpc-username : « MON_LOGIN » => Choisir le login pour l’accès distant (remplacer par ce que vous voulez).
  • ratio-limit : X, => On partage les fichiers X fois avec les autres leecher.
  • ratio-limit-enabled : true => activation de la limite de partage.

Enregistrer le fichier (Ctrl+o/entrée/Ctrl+X) et redémarrer Transmission

sudo /etc/init.d/transmission-daemon restart

Allez sur la page web de gestion de transmission via :
http://adresse_ip_kimsufi:9091/mon_nom_interface/
et rentrer votre login et password

En cas d’erreur 409

la page renvoie un message d’erreur 409: conflict avec en autre :
X-transmission: afzefezf6q-ef4q6ze7f6e8f47+zq84fq94f6qz »7f3″z4fqz6″8f4″9z7fqz6

Coller la chaine de caractère à la suite de l’URL de la Kimsufi
http://adresse_ip_kimsufi:port_transmission/afzefezf6q****

Mais la chaine change à chaque fois donc…
pour faire plus simple, il faut rajouter « web/#files » à la suite :

http://adresse_ip_kimsufi:9091/mon_nom_interface/web/#files

Gérer Transmission

La page Web de gestion de transmission n’est pas très glamour. Mieux vaux utiliser le logiciel client pour Windows par exemple  (sur le PC) qui ressemble beaucoup à Utorrent.

Attention, lors de l’ajout d’un torrent via le client, on peut rajouter un « /livres » par exemple pour créer un dossier automatiquement dans le dossier « transmission » MAIS ce dossier n’aura pas de droit utilisateur de transmission, ce qui peut provoquer le blocage du torrent dans le dossier « incomplet« .
Mieux vaut créer les dossiers avant avec des droits utilisateurs (chown) ou, pas recommandé pour la sécurité,  leur attribuer des droits à 777, via FTP.

Une appli Android permet aussi de voir l’état des téléchargement et d’envoyer un torrent sur Kimsufi.

Source

 

 

 

Catégorie : Kimsufi | Commenter