août 4

installer OwnCloud sur le raspberry Pi

Comme j’ai pas mal galérer pour le faire (j’ai peu de connaissance linux, mais j’ai progressé du coup), je partage cette expérience….
PS: Grand merci et bravo à TropFacile.net pour son site.

Pré-requis

  • Avoir installé la distribution raspbian sur le raspberry
  • Connecté au raspi un HUB USB (avec alimentation car le raspi ne peux pas alimenter seul un DD) connecté à un disque-dur externe USB, formaté en NTFS
  • Avoir monté à la sauce Linux ce disque-dur
  • Avoir installé un serveur Web (j’ai pris lamp que je trouve plus simple que Nginx) et ces dépendances (PHP, SQL…)
  • Avoir un Putty configuré pour accéder à son raspi
  • Avoir quelques bases sur les commandes Linux

installer OwnCloud

 
récupérer le lien de l’archive .bz2 sur le site dédié (via un clic-droit « copier l’adresse du lien). c’est la partie serveur qui nous intéresse.
télécharger l’archive (ça va à la base du raspi, dossier /home/pi)
sudo wget http://download.owncloud.org/community/owncloud-5.0.9.tar.bz2
Décompresser l’archive via
sudo tar -vxjf owncloud-5.0.9.tar.bz2
faire un ls pour voir le nom du dossier créé par la décompression, dans mon cas « owncloud »
déplacer le dossier dans le dossier /var/www (le serveur web)
sudo mv owncloud /var/www

donner des droits au dossier www

sudo chown -R www-data:www-data /var/www
A partir de la, on pourrait commencer l’installation de owncloud MAIS alors, il mettrait le dossier « data » (dédié au stockage des fichiers) dans le dossier www donc sur la carte SD, pas top en terme que capacité de stockage.
Dans mon cas, le disque-dur est monté dans un dossier DD500, dans /media/

Préparer le disque NTFS à recevoir OwnCloud

Le dossier « data », que OwnCloud va utiliser, à besoin de droits chmod 770 et doit laisser l’utilisateur www-data (apache) y avoir accès.

MAIS la ou c’est chiant, (et ou tous les tutos du net vous parle de modifier les droits via des commandes Linux chmod et chown) c’est que ces commande ne marche pas sur un disque formaté en NTFS, même avec le paquet ntfs-3g. Il faut donc impérativement fixer ces droits via le fichier /etc/fstab, dans la ligne qui monte le disque-dur.

De plus, il faut créer un groupe dédié au disque-dur en y incluant www-data.

Vérifier que le groupe www-data (et du coup son utilisateur du même nom) est bien présen.

cat /etc/group
Créer un groupe dédié au disque-dur (dd500)
sudo groupadd dd500
Récupérer l’id (identifiant) de ce groupe
cat /etc/group |grep dd500
Ajouter pi et www-data au groupe
sudo usermod -a -G dd500 pi
sudo usermod -a -G dd500 www-data

Editer le fstab, tout est sur une ligne. Valider par Ctrl+O,  fermer par Ctrl+X

sudo nano /etc/fstab
#mon disque DD500
UUID=01CDF632E2384A70 /media/DD500 ntfs-3g defaults,auto,gid=1002,umask=007,locale=fr_FR.utf8 0 0
Bien rajouter :
defaults, pour les paramètres de base
auto, pour le montage du disque au boot du raspi
gid, avec le numéro du groupe
umask, qui permet d’avoir des droits 770 sur le disque
locale, pour la prise en charge du Français
0 0, je ne me rappel plus

Redémarrer le raspi

sudo reboot

Vérifier, au cas ou, que le disque-dur est bien dans le groupe dd500

stat /media/DD500
Via FTP, créer un dossier owncloud/data dans le disque-dur .
ou en ligne de commande

sudo mkdir /media/DD500/owncloud/data
Vérifier que le CHMOD de » data » est bien sur 770 sous peine de message d’erreurs à l’installe de owncloud

Démarrer l’installation de Owncloud

Via votre navigateur, IP_du_raspi/owncloud
owncloud-install1
Dans « répertoire des données » indiquer :
/media/DD500/owncloud/data
pour la base MySQL, indiquer le login et passe mis à son l’installation de SQL
nom de la base = owncloud
ET VOILA ! à ce stade,  ça fonctionne MAIS j’ai eu un soucis… impossible d’uploader un fichier de plus de 2M.
Allons voir ça !

régler certains problèmes

Activer HTACCESS

sudo nano /etc/apache2/sites-enabled/000-default

A la rubrique Directory /var/www/
AllowOverride doit être All

Activer le mod_rewrite

a2enmod rewrite

ou, si pas de réponse

sudo /etc/httpd/httpd.conf

et mettre mod_rewrite sur enable

Modifier la limitation d’upload

Par défaut, l’envoie de fichier dans OwnCloud est limité à 2M.
J’ai vu beaucoup de tuto qui parlait souvent de modifier le fichier php.ini dans apache2 MAIS ça je changeait rien.

la ruse est de modifier le fichier .htacces (et donc de l’avoir activé) du dossier owncloud

sudo nano /var/www/owncloud/.htaccess

et de mettre  1024 M pour un upload de 1Go par exemple.


php_value upload_max_filesize 1024M
php_value post_max_size 1024M …

Redémarrer Apache

service apache2 restart

Accès en réseau via Windows (samba)

Si le disque-dur à été attribué au serveur web Apache, il ne sera pas accessible sur un réseau Windows par exemple.
Pour remédier à ça, il faut rajouter dans la configuration du partage samba, de forcer l’utilisateur www-data.
Sudo nano /etc/samba/smb.conf

Ajouter

force user = www-data
force group = www-data

Trucs en plus

Fixer son adresse IP

Par défaut, l’adresse IP du raspi est déterminé par le serveur DHCP de votre box.
En gros, il y a un certain nombre d’IP disponible par votre box et chaque appareil qui s’y connecte prend la première de la liste.
Il est donc logique, pour un appareil destiné à rester branché d’avoir une IP fixé définitivement.

Editer le fichier interfaces

sudo nano /etc/network/interfaces

remplacer la ligne avec DNS par

iface eth0 inet static
 address 192.168.0.25
 netmask 255.255.255.0
 gateway 192.168.0.254

Dans cette exemple, l’ip du raspi est fixé à 25 avec une box dont l’IP est 192.168.0.54 (FreeBox).

 

juillet 28

Installer RaspDebian sur le raspberry Pi (en cours)

Raspian est une distribution Linux spécialement conçu pour le raspberry Pi. Elle se présente sous a forme d’un fichier .img, à installer donc sur la carte SD (4 Go minimum) du Raspberry.

On télécharge l’image et on l’installe sur une carte SD via un WinDiskImager ou USBimageTool.
Ces deux logiciels présentes aussi l’avantage de pouvoir faire une copie de la carte, une fois l’installation faite. Je conseille donc de faire cette copie une fois l’installation de Raspian réussi et configuré comme on le souhaite.

On insère la carte SD, branche le cable HDMI sur un écran, la clavier/souris en USB et l’alim micro-USB (par de bouton on/off)
L’écran de démarrage s’affiche au bout de quelques secondes de défilement de code.

Par la suite, pour piloter le Raspi en SSH (pour taper du code linux) en SFTP (pour transférer des fichiers) ou en XRDP (pour voir le bureau du raspi dans une fenêtre Windows) je préconise vivement le logiciel BitVise.

raspdebian - config1

des infos en Anglais sont disponibles.

Pour rappel, on peut revenir sur cette écran avec la commande

sudo raspi-config

expand-rootfs :

Les images Raspian sont compressées pour faire plus ou moins 2.8Go. par défaut, si à l’installation on indique pas d’utiliser tout l’espace disponible de la carte, on ne pourra plus rien installer par la suite. Sous Linux, on parle « d’étendre le RootFs ». C’est une manip indispensable à faire donc.

configure-keyboard Set keyboard layout

Configurer le clavier. Permet d’avoir un clavier AZERTY en lieu et place du clavier QWERTY d’origine. Avec un clavier USB Microsoft ou un clavier sans fil Logitech, les réglages suivants ont fonctionné :

  • Clavier Generic 105 touches
  • Other => French => Keyboard layout := french / default
  • CTRL + ALT + Backspace => stoppe le serveur X => oui

change_pass Change password for ‘pi’ user

N’y touchez pas pour l’instant : utilisateur = pi
password = raspberry

change_locale Set locale

Régler les paramètres locaux (pour cocher la case, c’est la touche « espace » du clavier)

fr_FR en version UTF-8 convient bien.
=> Default locale = fr_FR.UTF-8
=> generation des locales : en_GB.UTF-8 et fr_FR.UTF-8

change_timezone Set timezone

Régler la zone horaire.
Euope => Paris

ssh Enable or disable ssh server

Activer le serveur SSH.
Indispensable à mon sens pour pouvoir ensuite avoir accès au raspi via un Windows, Mac ou Linux.

boot_behaviour Start desktop on boot?

Afficher le bureau en mode graphique au démarrage
pas indispensable si vous souhaitez ensuite paramètrer le raspi qu’avec un logiciel SSH

update Try to upgrade raspi-config

Mettre à jour raspi-config => Oui
Dans mon cas téléchargement de 7.3Mo

<Finish> et valider pour conclure cette première configuration. La machine reboote, et le redimensionnement de la partition (si demandé).

Source – Framboise314

Commandes Linux utiles

  • sudo reboot : pour redémarrer
  • sudo halt : pour arrêter le raspi
  • date : pour voir si le raspi est à l’heure
  • pwd : pour voir dans quelle dossier ou se trouve
  • htop : lister et gérer les processus (Plus de possibilités d’interaction) apt-get install htop
  • top : lister et gérer les processus.
  • atop : audit du système. apt-get install atop
  • iftop : bande passante LAN apt-get install iftop
  • bwm-ng : moniteur de bande passante simple en mode console apt-get install bwm-ng
  • df : (Disk Free) permet d’afficher à l’écran la taille de l’espace disque occupée et la taille de l’espace disque libre. ex : df -a
  • blkid : pour afficher l’UUID de chaque disque
  • dfc : (Autre version de df) apt-get install dfc
  • du : (Disk Usage) permet d’afficher la taille d’un répertoire et de tous les sous répertoires récursifs qu’il contient.
  • fdisk : Pour gérer les partitions.
  • ntfs-3g : Pour la gestion des disques en ntfs
  • secure-delete : apt-get install secure-delete
  • fslint : nettoie vos stockages de fichiers apt-get install fslint USE : /usr/share/fslint/fslint/

 

Les trucs indispensable à faire

mettre le raspi sur une IP fixe

sudo nano /etc/network/interfaces

Remplacer

iface eth0 inet dhcp
Par
iface eth0 inet static
address 192.168.0.25
gateway 192.168.0.254
netmask 255.255.255.0
dans cette exemple, le raspi aura une IP 192.168.0.25 par rapport à la FreeBox est en passerelle (gateway) à l’IP 192.168.0.254.
Pour avoir ces infos sous Windows, faire un ipconfig /all dans la console dos.
remplacer évidement par vos infos.
Pour avoir l’adresse IP du raspi, taper dans le terminal du bureau ou via SSH :
ifconfig

Voir l’interface du raspi dans une fenêtre Windows

Windows dispose (dans programmes/Accessoires/connexion bureau à distance) d’un outils permettant de se connecter à d’autre machine.
il faut juste installer sur le raspi le système XRDP.

sudo apt-get install xrdp
une fois fait, sur le PC, ouvrir le programmes Windows (ou un autre prog de gestion à distance) et indiquer l’adresse IP du raspi, son ID et le passe.

installer un serveur Web (lamp)

Il y a 2 serveur web possibe : Nginx et lamp, à priori Nginx est plus performant mais Lamp est plus simple à mettre en place.

http://www.tropfacile.net/doku.php/raspberry-pi/comment-installer-un-serveur-web-lamp

Voir les paramètres du raspi dans une page Web (raspControl)

http://www.tropfacile.net/doku.php/raspberry-pi/comment-monitorer-son-raspberry

 

 

 

 

Catégorie : RASPBERRY PI | Commenter
juillet 28

Les base du raspberry Pi

Le raspberry Pi est un mini-ordinateur disponible sur un circuit imprimé au format carte de crédit.
Il fonction avec un processeur ARM et dispose de 512 Mo de RAM. La connectique est simple :

  • micro-usb pour l’alimentation, un simple transfo de tél portable suffit
  • lecteur de carte SD ou MMC
  • sortie vidéo VGA
  • sortie vidéo et audio HDMI
  • 2 ports USB
  • une sortie audio, jack 3.5
  • connecteur Ethernet
  • ports d’extensions pour connecter d’autres cartes électroniques.

Il conviendra donc aussi bien pour remplacer un ordinateur mais aussi pour des fonctions de domotiques, robotiques, multimédia et bien d’autres.

Infos et tutos

Plus de 50 trucs à faire avec un raspberry Pi

Wikipedia

Tuto sur les bases du raspberry Pi

TropFacile

MyMediaCenterExperience

Les images système

Différent système d’exploitation peuvent être installer dessus, sous réserve d’être léger et surtout compatible au processeur ARM.
Le plus connu étant raspdbian, une version de Debian (Linux) spécialement adaptée au Raspberry.

Les différents OS (au format .img) doivent êtres implémentés sur la carte SD avec des utilitaires du style.

Beaucoup de test soulogne l’importance du choix de la carte SD. Il ne faut pas descendre en dessous des class 6 pour avoir un Raspi rapide.
Beaucoup préconise une ScanDisk Pro class 10.

WinDiskImager

WinDiskDump

USBimageTool (mon préféré)

Ces logiciels permettent aussi de  sauvegarder sur un PC la carte SD avec l’OS et les réglages définis, permettant par exemple avec une même carte SD de pouvoir tester plusieurs systèmes.

A la première installation il est donc indispensable de le connecter en HDMI ou VGA sur un écran pour le configurer mais par la suite, on peut effectuer tous les réglages à distance via le protocole SSH et des commande Linux.
Les ordinateurs sous Linux ou Mac permettent d’envoyer des commandes SSH directement par leur terminal intégré mais si vous pilotez le Raspi depuis Windows à besoin de logiciel comme Putty WinsSFC ou mieux BitVise, un logiciel qui incorpore un terminal pour le code, un gestionnaire SFTP et une console d’accès à distance… un must have donc!

Editer les fichiers

Par la suite, vous serez surement amenez à modifier des fichiers textes au seins du raspi pour y écrire des commandes Linux.
Cette édition se fait grace au logiciel NANO (une sorte de NotePad à la sauce Linux)
Pour le maitriser, tous les détails chez notre ami Zero.

Voici les raccourcis les plus importants :

  • Espace : cocher une case
  • Ctrl + G : afficher l’aide ;

  • Ctrl + K : couper la ligne de texte (et la mettre dans le presse-papier) ;

  • Ctrl + U : coller la ligne de texte que vous venez de couper ;

  • Ctrl + C : afficher à quel endroit du fichier votre curseur est positionné (numéro de ligne…) ;

  • Ctrl + W : rechercher dans le fichier ;

  • Ctrl + O : enregistrer le fichier (écrire) ;

  • Ctrl + X : quitter Nano.

 

 

 

Catégorie : RASPBERRY PI | Commenter