novembre 30

Sentinote

Sentinote est un plugin permettant que créer un article WordPress à partir d’un note Evernote.

Le plugin doit d’abord récupérer une clé « token » sur son compte Evernote.

Ensuite, il y a quelques paramètres :

  • la fréquence de mise à jour, on peut aussi le faire manuellement
  • Le nom de l’auteur par defaut
  • La catégorie par défaut ou seront classé les articles
  • Cocher la case « markdown » permet de créer des titres en y accolant le caractère # et des puces en accolant le caractère *. (plus d’infos)

sintinote01

 

 

 

 

 

 

Ensuite, il faut créer un carnet de note du nom indiqué dans les paramètres de Sentinote.
Une fois fais, toutes les notes créé dans ce carnet, en rajoutant l’étiquette « published », créeront un article.
On peut mettre une image MAIS pas de lien vers une image plus grande.

 

décembre 29

Sauvegarder WP sur Google Drive

Sauvegarder les dossiers et la base de donnée d’un site WordPress sur Google Drive, le plugin présenté içi permettent aussi de sauvegarder sur DropBox ou autre services.

Le plugin UpDraftPLus permet de sauvegarder sur Google Drive, DropBox et autre.

Installer le plugin et passer à la partie configuration. Il est recommandé de laisser 2 version des fichiers et de la base SQL.

Une fois indiqué de sauvegarder sur Google Drive, on voit apparaître une URL qui devra être indiquée à la création du client ID (voir après).
On doit aussi, à l’inverse, indiquer le numéro de client et la clé secrète, fourni par Google (voir après).

Créer un dossier dans Google Drive, l’ouvrir et copier la série de chiffres indiquées dans la barre d’adresse de son navigateur, à la suite de « #folders/ ».

wp-updraftplus-01

 

ATTENTION: la nouvelle version (gratuite) du plugin ne permet plus de choisir le nom du dossier Google Drive mais impose un nom précis « updraftplus/nom_du_site.
De plus, depuis mai 2014, la configuration de Google Drive à été modifié.

http://updraftplus.com/support/configuring-google-drive-api-access-in-updraftplus/

Sauvegarder les paramètres.

 

Google developer

Créer un projet

Chaque compte Google permet de créer des API (programmation qui lie un ou plusieurs services ou logiciels) qui va permettre de lier le plugin UpDraftPlus au Google  Drive du compte.

Allez sur Google Developers Console, et créer un nouveau projet du style « Sauvegarde site Web ».

google-developers projet

Cliquer sur le nom du projet, pour allez à la rubrique « overview », puis sur API et credentials (identifiants)

Créer un nouveau client ID

google-developers-creation-02

La liste des projets (un peu planquée ??) est içi.

Indiqué l’URL de redirection (donné par le plugin) et copier le numéro ID et clé (pour le plugin).
Et dans le champs origine JavaScript, indiquer juste le début de l’URL de redirection (l’adresse du site).

Activer les API et surtout celle de Drive.

updraft-drive-api

 

Une fois fais, retourner sur la page du plugin UpdarftPlus et cliquer sur le lien permettant d’autoriser le plugin à communiquer avec le client ID.

wp-updraftplus-02

 

Une fois la sauvegarde effectuée, le dossier de Google Drive contiendra un zip pour chaque type de dossier et la base SQL.

wp-updraftplus-drive

Source

 

 

 

juillet 13

Duplicator

L’extension Duplicator permet de transférer un site WordPress d’un serveur sur un autre (vide).

Site Web source

On installe l’extension sur le WordPress que l’on souhaite déplacer.

On test si le serveur est OK pour créer le package.

duplicator-check

Sur cette exemple, il m’a fallut rajouter dans la liste d’exclusion le dossier wp-cache.
Par contre, l’erreur de « open_basedir » (qui est un protocole de sécurité) vient du fait qu’il est activé sur mon hébergeur (hostinger) et malheureusement pas désactivable.

Pas possible donc de créé le package, mais j’ai testé en local, ça marche.

L’extension propose un  bouton « package » permettant de créer :
  • un zip du contenu du site, avec un nom du style : 51d96cac1a7ad1879_20130707_mon-site_package.zip.
  • un bouton « Installer » permettant de créer un fichier « installer.php ».

Site Web destination

Envoyer en FTP, à la racine du site ou dans un dossier (pour un sous-domaine) le zip et le fichier « installer.php ».
une fois fait, se connecter via le navigateur, à l’URL du nouveau site
cliquer sur installer et suivre la procédure d’installation indiquer
duplicator-installer duplicator-installer2-2
Une fois fait, il est indiquer de supprimer automatiquement certains fichiers propre à Duplicator, de modifier éventuellement les redirections dans .htaccess.
» Resave Permalinks This will update url rewrite items like the .htaccess file (requires login)
» Delete Installer Files Removes installer.php, installer-data.sql, installer-log.txt & package (requires login)
» Test Entire Site Validate all pages, links images and plugins
» View Install Report Deploy Errors: 0     Update Errors: 0     Warnings: 0
Ce qui est cool c’est que ça peut faire aussi office de sauvegarde puisque que le zip contient les fichiers et la base SQL.
Un tuto : http://www.bgsoftfactory.fr/index.php/deplacer-wordpress/
décembre 18

Piwik, une alternative à Google Analytics

l’application Open source et multilingue  Piwik et son extension pour WordPress (en autres) est une solution clé en main de système d’analyse de statistique de site web.

Une application Iphone et Android est aussi dispo.

Outre le fait que Google Analytics est devenue un monstre de complexité ces derniers années, et oblige soit à créer un compte Gmail pour chaque site web ajouté car l’envoie ou l’accès aux données pour le non-propriétaire du compte analytics n’est pas des plus facile (ou alors j’ai raté un truc).
Piwik permet donc de garder le contrôle total de ces données.

2 manières de gérer ses sites

1 –  Installer Piwik sur le site du Webmaster, dans un dossier « piwik » par exemple et installer l’extension WordPress sur chaque sites clients.
De cette manière, le clients à accès à une partie limitées des statistiques et ne peut pas avoir accès à l’installation donc aux paramètres plus « pointus » de Piwik.
L’inconvénient c’est que le site Webmaster est lié à tout jamais aux sites clients pour qu’ils puissent avoir leurs stats.

2 – Intaller Piwik sur chaque sites clients, dans un dossier « stats » par exemple, et  insérer le code de tracking de Piwik juste avant la balise de fermeture de boby.
Piwik rajoute simplement une 20e de tables SQL dans la base de données de WordPress.
Le client aura accès à l’intégralité des fonctionnalités et des statistiques de Piwik, via une adresse du style « http://www.le_nom_du_site_client/stats/ » et un login/mot de passe.
Il est conseillé de lui mettre les mêmes login/passe de son WordPress pour éviter les complications.
De cette manière, chaque site client reste autonome et lié à son Piwik.

Même si on opte pour le manière n°2, Piwik permet de générer des widgets de statistiques.

On pourra facilement intégrer cette Iframe sur un autre site (avoir une vue d’ensemble de tous les sites clients , réunie sur une seul page) mais aussi sur l’admin de wordpress, simplement un ajoutant ce code dans le fichier functions.php du thème WordPress.

Iframe de stat

/* ajouter un widget "Stats" dans l'admin */
add_action('wp_dashboard_setup', 'widget_stats');
function widget_stats() {
global $wp_meta_boxes;
wp_add_dashboard_widget('stats_id', 'Statistiques', 'stats_callback');
}
function stats_callback() {
echo '
<p>Pour voir er gérer les statistiques du site, cliquez sur <a href="url du dossier piwik du site" target="_blank"> Piwik</a>.<br />
(Identifiant et mot de passe sont identiques que ceux de l\'administration du site).</p>
<--Iframe du widget généré par piwik !-->
';
}

L’installation de Piwik

Télécharger le zip de la dernière version de Piwik et envoyer en FTP les fichiers dans le dossier principal du site, dans un dossier « stats » ou « piwik » par exemple.

Connectez vous à l’adresse du site complétée de /piwik (http://www.le_nom_du_site_client/stats/)

suivez l’assistant de configuration d’installation

piwik-config-SQL-OVH

Le système test aussi l’intégrité des fichiers envoyés.

Un lien wp-piwik est rajouté dans le menu « tableau de bord » de WordPress, permettant d’accéder aux pages de statistiques mais aussi de récupérer une clé de sécurité, à la rubrique « API » permettant de lié Piwik à wordpress.

piwik-config -clé

Cette clé est ensuite à rajouter dans un des paramètres de l’extension, à la rubrique « settings« .

piwik-config-setting

Enfin, la rubrique « sites » permet d’exclure une ou plusieurs adresse IP, histoire de ne pas compter vous et le client du site dans les stats.

piwik-config-exclusion

 

l’extension

installez l’extension WordPress et allez dans son menu.
La partie « tracking » permet d’ajouter automatiquement le code de tracking dans le footer de WordPress et aussi de paramétrer les attributions de droits des utilisateurs du site.

piwik-config-tracking

 

piwik-dashboard

Un widget est aussi créé sur la page admin principal.

piwik-widget

L’application Mobile

Pour Android, ça donne ça :

 

Erreur d’intégrité du fichier generatDoc.bat

Pour ma part, j’ai eu cette erreur, comme beaucoup d’autre à prioris.

piwik-config-erreur1

Bien qu’à priori, ce fichier ne me parait pas vital, pour éviter ça il suffit de le transférer en mode binaire avec son logiciel FTP.

 

problème erreur 500 et widget

des problèmes peuvent apparaitres notament avec les hébergement mutualisées de OVH.

Le forum de Piwik que la solution sera apportée par Matt [Staff Piwik] repris par l’équipe d’OVH, indique la marche à suivre :

<strong>// Dans le fichier [répertoire piwik]/config/global.ini.php
// Ligne 173chez moi, vous avez :
session_save_handler = file

// Changez cette valeur par :
session_save_handler = dbtable</strong>

 Exporter et importer ses données

A la suite d’un transfert de site d’un domaine vers un autre, on peut facilement transférer ses données Piwik.

Il suffit d’exporter les tables de la base SQL correspondantes à Piwik vers la nouvelle base et de modifier aussi le fichier config.ini.php situé dans le dossier de Piwik.

octobre 6

Collapse-O-Matic

Cette extension permet de faire apparaitre/disparaitre du contenu, placer entre 2 shortcodes:

[expand title= »le titre qui déroule »]
le contenu içi
[/expand]

La documentation apporte aussi beaucoup de petits trucs

Pour avoir une balise titre autre autre qui serve de déclencheur, utiliser cette écriture.

<h4>[expand title="Gestion du site</h4>"]
le contenu qui se déroule via in clic sur le titre H4

On peut aussi rajouter du code directement dans le code source d’une page, via des CSS propre à Coolapse-O-matic:

  • .collapseomatic pour le déclencheur
  • .collapseomatic_content pour le contenu
  • #taget si vous avez plusieurs déroulant

Plusieurs déroulants peuvent êtres intégrés sur une même page mais cela implique d’avoir un identifiant différents pour chaque bloc.
Un exemple en récupérant l’ID d’un article.

        <h4 id="<?php the_ID(); ?>" class="collapseomatic"><?php the_title(); ?></h4>
        <div id="target-<?php the_ID(); ?>" class="collapseomatic_content">
le contenu du déroulant içi
</div>

Supprimer la flèche

Le texte déroulant affiche une petite flèche avant, pour la virer indiquer ça dans son fichier style.css

background-image: none !important;

Supprimer la marge de gauche

par défaut, l’extension inclus une marge quauche de 16 PX (??)
Pour la virer, éditer le fichier « plugins\jquery-collapse-o-matic\style.css »
et supprimer la marge de la class « collapseomatic_content »

Modifier l’apparence du titre

Le texte qui déroule le bloc à une balise SPAN.
pour modifier ça, éditer le fichier « plugins\jquery-collapse-o-matic\collapse-o-matic.php »
à la ligne 63 et modifier le code « ‘tag’ => ‘h4’, »

Je crois que la prochaine version permettra de changer la balise directement dans les réglages mais actuellement cette version ne marche par avec WP 3.5.2.

août 18

Collapsing Blogroll

L’extension CollapsingBlogRoll permet d’afficher chaque catégories de liens en tant que titre cliquable et qui vont déplier/replier leur liste.
Il faut juste insérer le shortcode collroll dans une page.


Le fait de cliquer sur un titre déroulera la liste des liens de la catégorie en question.
On peut aussi tout ouvrir ou tout fermer.

On peut modifier, à la mano, l’affichage des liens en éditant le fichier frontend.php situé dans le dossier plugins/collroll.
A la base, l’extension ne permet pas d’afficher la description des liens, j’ai donc tapé dans le code de son fichier setting.php, v(ers la ligne 30 en dessous de $collroll_default_settings) et rajouté ce code:

'between' => '<br/><span style="font-style: italic;">',
'after' => '</span>',

Ca permet de sauter une ligne entre le lien et sa description et de la mettre en italique.

Du coup, je vous mets l’extension avec mes petites modifs en lien.

juillet 20

InfiniteWP

InfiniteWP (IWP) est une application Web, à installer sur un serveur Web lié à  une extension WordPress.
Ce système permet de mettre à jour le core, les extensions, les thèmes de WordPress et de faire des sauvegarde des dossier et de la base SQL en un clic.

Le grand intérêts du truc c’est d’avoir dans une même interface, l’ensemble de ces sites WP, de voir pour chacun les mises à jours à effectuer et de pouvoir faire un backup complet en quelques clic de souris. On peut même arriver directement sur la page ADMIN WP de chaque site.

Installation

L’application peu être installé sur un serveur en ligne (qui ne devra pas être de site web à gérer avec IWP).
Mais il est préférable de l’installer en local, sur un serveur Web d’un PC.

On télécharge et installe les fichiers dans le serveur et on lance l’installation via un adresse URL.

 

On installe, sur chaque site WordPress que l’on voudra gérer, l’extension dédié.
A l’activation de celle-çi, elle indique une clé API à fournir lors de l’ajout dans le gestion de IWP. (si l’on veut afficher la clé, il faut donc /désactiver/activer l’extension).

Dans la gestion de IWP on passe par le lien, en bas à gauche pour ajouter un site, il suffit d’indiquer l’URL, le nom de l’admin du site  et la clé API.

en cas de soucis

Pour ma part, j’ai eudes messages d’erreurs indiquant en gros « que le site mettait trop de temps à répondre ».
J’ai remis le fichier .htaccess par défaut de WP mais c’était idem.

J’ai conclu que c’était peut etre un problème avec le protocole CRON, j’ai donc édité le fichier cron.php du dossier includes de WP
et mis, à la ligne 248, vers la variable $cron_url, timeout’ => 10 (au lien de 0.01).

pensez aussi à supprimer le fichier .maintenance.php, créé par WP automatiquement et qui fait indiqué sur la page « blalala maintenace du site… »

Après une mise à jour (automatique) de IWP sur votre serveur local, il peut indiquer:

Invalid message signature. Deactivate and activate the InfiniteWP Client plugin on this site, then remove the website from your InfiniteWP Admin Panel and add it again.

Donc, on désactive/réactive chaque plugin des WP et on re-ajoute dans IWP.

Gestion

Une fois chaque site enregistrés, ils apparaissent dans dans l’interface et on peut voir si le core, les plugins ou les thèmes doivent êtres mis à jour.

On peut aussi gérer les backup en précisant si l’on veut sauvegarder la base SQL avec les dossiers.

En bas à gauche de l’interface, le bouton WP permet de gérer l’ensemble des sites, de faire un backup rapidement et d’avoir accès à l’admin de chacun.

Sauvegarde

On peut sauvegarder la base SQL ou la base + le site, en excluant certains dossiers.
Le total va sur le serveur du site en question, dans le dossier /www/wp-content/infinitewp/backups/, en .zip.

On peut aussi télécharger le .zip sur son PC ou effacer le .zip du serveur, via l’interface de IWP.

Un must je trouve.

juin 24

Plugins List Generator

Une extension pour afficher, à l’aide d’un shortcode, la liste des plugins utilises ainsi que certaines infos.

Parameters

  • author, term and tag – author, term or tag that will be used in the to search. Choose only one paramater since the search function will be use one of them.
  • num – maximum number of plugins to be displayed (default: 25).
  • list_markup – when used the plugin will generate a html ordered or unordered list. Options can be ul or ol.
  • expire – number of minutes for cache expiration. The plugin will perform a search in wordpress.org and store the result and use it during the expiration duration (default: 1440).
  • exclude – comma-separated list of plugin slugs that will be excluded from the list.
  • only – comma-separated list of plugin slugs, that when used, the list will only display info of plugins specified by the slugs.
  • name, description, slug, version, author, author_profile, requires, tested, rating, num_ratings, num_ratings, description, short_description – plugin data fields that can be used on the list.

Examples (Editor Visual Area)

Displays a list of 5 plugins that contains the tag spam.

  • [plg tag=’spam’ num=5][name] [/plg]

Displays a html unordered list of plugins with their names (with a hyperlink) and small description where the author is ‘takayukister’.

  • [plg author=’takayukister’ list_markup=ul]<a href= »http://wordpress.org/extend/plugins/[slug] »>[name]</a> – [short_description][/plg]