septembre 5

Syncthing entre un serveur et un PC

Syncthing est une alternative libre à BitTorrent Synchro (limité en téléchargement simultané dans sa version gratuite.

Installation sur un serveur Debian

On peut l’installer sur serveur Debian via SSH et ligne de commande, on aura accès à l’interface Web MAIS dès que l’on coupe sa cession, le bouzin s’arrete !!
J’ai essayé pleins de trucs pour le mettre en démarrage mais rien ne fonctionnne.

Donc, le plus simple, c’est d’avoir Gnome installé sur son serveur et de passer par le protocole RDP, pour faire l’installe via une interface graphique.

syncthing-install

 

 

 

 

 

Syncthing installe des trucs dans divers dossiers donc /root/.config/syncthing, qui contiendra syncthing.conf.

syncthing-dossiers

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce fichier reprend les réglages indiqués via l’interface Web mais peut se trouver utile en cas de non accès à la pages Web (si vous avez rentré une mauvaise adresse IP ou en cas d’oublie de mot de passe).

Une fois installé, l’interface Web permettant de gérer les dossiers et la synchronisation via d’autre machines est accessible, via le navigateur et l’adresse : 127.0.0.1:8384.

  1. Ajouter une machine via son numéro ID
  2. Ajouter un dossier à synchroniser, avec un nom ID précis (RuTorrent KimSufi) et le chemin du dossier
  3. Le lier à cette machine, en cochant la case en bas de la fenêtre de configuration.

Le dossier par défaut de syncthing peut être enlevé.

Via cette interface, on peut aussi modifier l’IP de le port d’accès ainsi que la mise en place d’un mot de passe, pratique pour avoir accès à l’interface Web sans avoir à passer par RDP, directement depuis n’importe qu’elle machine.

J’ai mis aussi Syncthing dans la liste des trucs qui démarrage avec mon serveur, via le menu :

syncthing-demarrage01

 

 

 

 

 

syncthing-demarrage02

 

 

 

 

 

Installation sur un PC Windows

Récupérer l’exécutable pour sa version de Windows içi

Dé-zipper et copier le dossier dans C (pourquoi ??), le nommer syncthing
Dans ce dossier, créer un fichier txt, l’éditer avec bloc-note et taper dedans : start « Syncthing » syncthing.exe -no-console -no-browser
Fermer et renommer le fichier en syncthing.bat.
Créer un raccourcis de ce fichier et le placer dans le dossier « démarrage » de Windows : « C:\Users\***\AppData\Roaming\Microsoft\Windows\Start Menu\Programs\Startup » (sur Windows).

Ajouter une machine

Le piège est de vouloir utiliser le programme Syncthing pour gérer ça. En faite, il faut passer par l’URL 127.0.0.1:8384 et utiliser l’interface Web, comme vu plus haut.

Plus d’infos.

En cas de soucis de perte de syncro

Editer les outils/avancées de la machine qui pose problème et augmenter le paramètre : PingTimeoutS (30 par défaut).
et aussi, le PingLdleS (60 par defaut)

http://docs.syncthing.net/users/config.html#gui-element

Plus d’infos

Aide

Catégorie : APPLICATIONS | Commenter
décembre 9

Installer RuTorrent sur un serveur Debian

Tester sur Debian 7.5 64bits

En tant que root (mon utilisateur est « wyman »)

apt-get update
sudo apt-get install subversion build-essential automake libtool libcppunit-dev libcurl3-dev libsigc++-2.0-dev unzip unrar-free curl libncurses-dev
apt-get install apache2 php5 php5-cli php5-curl

Activer scgi for Apache

apt-get install libapache2-mod-scgi

 ln -s /etc/apache2/mods-available/scgi.load /etc/apache2/mods-enabled/scgi.load

Installer XMLRPC

mkdir /install;cd /install
svn checkout http://svn.code.sf.net/p/xmlrpc-c/code/trunk xmlrpc-c-code
cd xmlrpc-c-code
./configure --disable-cplusplus
make
make install

Installer libtorrent

cd /install
wget http://libtorrent.rakshasa.no/downloads/libtorrent-0.13.4.tar.gz
tar xvf libtorrent-0.13.4.tar.gz
cd libtorrent-0.13.4
./autogen.sh
./configure
make
make install

Installer rTorrent

cd /install
wget http://libtorrent.rakshasa.no/downloads/rtorrent-0.9.4.tar.gz
tar xzvf rtorrent-0.9.4
cd rtorrent-0.9.4
./autogen.sh
./configure --with-xmlrpc-c
make
make install
ldconfig

Configuration

cd ~/
wget http://vps6.net/src/.rtorrent.rc
cp .rtorrent.rc /home/wyman/
Editer la fichier
nano .rtorrent.rc

Modifier le chemin du dossier « download » , « .session » et « watch »

Installer RUtorrent et ces plugins

cd /install
wget https://bintray.com/artifact/download/novik65/generic/rutorrent-3.6.tar.gz
tar xvf rutorrent-3.6.tar.gz
mv rutorrent /var/www
wget https://bintray.com/artifact/download/novik65/generic/plugins-3.6.tar.gz
tar xvf plugins-3.6.tar.gz
mv plugins /var/www/rutorrent
(rm -rf /var/www/rutorrent/plugins/darkpal)
perso, je n'ai pas darkpal dans le dossier plugins, donc je n'ai pas fait cette commande
chown -R www-data:www-data /var/www/rutorrent

 

A partir de la, l’interface graphique est accessible au ip_serveur/rutorrent.

On peut cependant sécuriser un peu plus le truc, voir ce tuto

Liens :

http://web.archive.org/web/20140213003955/http://libtorrent.rakshasa.no/wiki/RTorrentCommonTasks

http://libtorrent.rakshasa.no/

https://aur.archlinux.org/packages/rtorrent-git/

https://aur.archlinux.org/packages/libtorrent-git/

https://bintray.com/novik65/generic/ruTorrent

source

Catégorie : Kimsufi, Linux | Commenter
décembre 7

Installer une SeedBox sur un serveur Debian

Plutôt que de passer par l’install de rtorrent (client torrent) + rutorrent (interface web) + php + serveur Web….

Je décide d’installer CakeBox, même si la partie streaming via le navigateur ne m’interrese pas.
Infos : Si votre serveur à déja un serveur Web, il vaux mieux le désinstaller pour éviter les conflits.

Télécharger/installer le script

wget --no-check-certificate https://raw.github.com/Cakebox/Cakebox/master/scripts/mardambey_script.sh

L’opération peut prendre un peu de temps… une fois fait, on obtient un truc du style.

cakebox-install

Bien noter le mot de passe, au besoin retaper le dans la console DOS pour être sur des majuscule/minuscule et chiffres (entre 0 et O par ex).

Le tout est accessible via : ip_serveur/rutorrent et ip_serveur/cakebox

Rutorrent télécharge par défaut dans : /var/www/cakebox/downloads

Pensez donc à créer des dossiers pour séparer les téléchargements

cd /var/www/cakebox/downloads
mkdir serie
mkdir film

Ou plus simple, via l’interface de la cakebox

Pour ma part, sur un Debian 7.5 64bit, ça fonctionne.

source source

août 16

bien configurer ruTorrent

Pour installer ruTorrent sur un serveur KimSufi 2G (Debian 7.5),  ‘ai suivi cette excellent tuto. L’étape 3 peut être longue, selon la puissance du serveur mais ça marche !

Mise à jour en decembre 2014

Les plugins (voir)

Par défaut, je n’ai pas tous les plugins installés ??

Je met en zip (version 3.6) RUtorrent-plugins

Ils sont dans le dossier /var/www/rutorrent/plugins. Mais si j’en place 1 manuellement dedans, mon interface n’as plus que l’option générale ???

rutorrent-options01

Tadd-Labels

qui permet de rajouter un label à chaque ajout de torrent

cd /var/www/rutorrent/plugins/ wget http:<span class="hljs-comment">//rutorrent-tadd-labels.googlecode.com/files/lbll-suite_0.8.1.tar.gz tar --verbose --gzip --extract --file lbll-suite_0.8.1.tar.gz rm lbll-suite_0.8.1.tar.gz

 

Rajouter des dossiers

RuTorrent crée un dossier « Downloads », il est souhaitable de créer à l’intérieur des dossiers (film, serie…) pour classer ce beau monde.

Avec mkdir, il faut leurs attribuer les même droits que l’utilisateur de ruTorrent (avec chown -R).

Etiqueter automatiquement

rutorrent-autotools

Allez dans : paramètres/autotools

Cocher « activer autolabel » et indiquer le chemin de son dossier « downloads ».

Lors de l’ajout d’un torrent, le fait de le placer dans un dossier lui attribuera une étiquette (dans la colonne de gauche de ruTorrent) du même nom que le dossier.

En cas de panne

Si l’interface est disponible MAIS rtorrent pas joignable :

rtorrent

Bizzarement, cette commande démarre Rtorrent MAIS si on se déconnecte, il s’arrête …

Pour démarrer éfficacement et durablement donc :

screen -S rtorrent rtorrent

message indiquant de vérifier le fichier config.php et les variables $CGI…

screen -fa -d -m /usr/local/bin/rtorrent

Ou

rm /root/session/rtorrent.lock

Mettre à jour

cd /<span class="hljs-keyword">var</span>/www/rutorrent/ git pull origin master

source

juillet 13

Mes notes sur Linux

Droits/groupe/utilisateur

Voir à qui appartient un dossier ou fichier

ls -l /le_dossier ou ls -l le_fichier

1er colonnes de 10 caractères indiques : D = dossier, – = fichier, / = lien

3e colonne = propriétaire

4e colonne = groupe

Utilisateur

adduser nom_utilisateur (on doit indiquer un mot de passe)

va créer automatiquement un dossier dans /home

passwd  nom_utilisateur

deluser nom_utilisateur (ne supprime pas le dossier et fichier)

deluser –remove-home nom_utilisateur (supprime tous)

 

Dossier accessible à un utilisateur (bien partir de root)

chown -R utilisateur:utilisateur /home/dossier/

 

Date et heure

Régler l’heure

sudo date -s HH:MM:SS

Régler la date

sudo date -s MM/JJ/AAAA

pour afficher

date

Linux utiliser le protocole NTP pour régler date te heure, pour vérifier si le service est installé :

whereis ntpdate

Si le service n’est pas installé :

sudo apt-get install ntpdate

Pour mettre à jour le serveur avec ntpdate, on peut utiliser le pool français : fr.pool.ntp.org ou utiliser le serveur NTP interne :

ntpdate ip-de-serveur

Si le décalage de temps est grand, la syncro peut poser problème, on doit donc régler l’heur manuellement comme indiquer plus haut.

Fichier et dossier

Créer un dossier

mkdir nom_du_dossier

Supprimer (pour un dossier, ajouter -R à la suite de rm)

sudo rm /dossier/a_supprimer

Renommer

sudo mv nom_avant nom_apres

copier

sudo cp /dossier_avant/fichier /dossier_apres/fichier

Déplacer

sudo mv perso /home/delcros/mon-répertoire: déplace le fichier « perso » dans le répertoire /home/delcros/mon-répertoire

 

Système

cat /etc/lsb-release : afficher version Ubuntu et codename (utile pour savoir quel dépot utiliser)

sudo reboot : pour redémarrer

sudo halt : pour arrêter

pwd : pour voir dans quelle dossier ou se trouve

top : lister et gérer les processus.

htop : lister et gérer les processus en détails (processus, ram, temps…)

pstree : lister les processus sous forme d’arborescence

service –status-all : lister les services en cours (source)

htop : audit du système.

iftop : bande passante LAN (apt-get install iftop)

bwm-ng : moniteur de bande passante simple en mode console (apt-get install bwm-ng)

df -h : afficher les partitions et l’occupation disque

blkid : afficher l’UUID et le type de partition

les paquets

Infos sur le liste des sources

nano /etc/apt/sources.list

dpkg –get-selections : lister les paquets installés

apt-get –purge nom-du-paquet : désinstaller proprement un paquet

Réseaux

Liste des serveurs DNS

nano /etc/hosts

Paramètres de connexion

nano /etc/network/interfaces

Disque-dur

df -a : (Disk Free) afficher le pourcentage d’occupation des chaque dossier (dont home)

blkid : pour afficher l’UUID et SD de chaque disque
dfc : (Autre version de df) apt-get install dfc
du : (Disk Usage) permet d’afficher la taille d’un répertoire et de tous les sous répertoires récursifs qu’il contient.
fdisk : Pour gérer les partitions.
ntfs-3g : Pour la gestion des disques en ntfs
secure-delete : apt-get install secure-delete
fslint : nettoie vos stockages de fichiers apt-get install fslint USE : /usr/share/fslint/fslint/

 

source

http://wiki.linux-france.org/wiki/Les_commandes_fondamentales_de_Linux

http://openclassrooms.com/courses/reprenez-le-controle-a-l-aide-de-linux

Catégorie : Linux, Mes notes sur | Commenter