mars 4

Clé USB multi bootable

Des solutions pour rendre une clé USB bootable existe MAIS pourvoir choisir sur quelle système on boot c’est plus rare. J’avais testé Xboot, sardu et autre mais ça fonctionnait une fois sur deux et c’était lourd à gérer.

J’utilisais auparavant un disque-dur bootable, via le boitier USB Zalman MAIS mes 2 boitiers on rendu l’âme à quelques moi d’intervalles, même si Zalman m’a bien échangé le premier, dans le cadre de sa garantie, je les trouvent fragile.

Easy2Boot à le mérite d’être simple et rapide.

1 – Installation

Il faut d’abord installer RMPrepUSB  (Install_RMPrepUSB_Full) sur le PC . Ce logiciel va servir à préparer la clé USB pour la rendre bootable.

Connecter la clé USB et ouvrir ce logiciel, le configurer comme ça.

RMPrep interface

Une clé USB formater en FAT sera plus facilement reconnaissable et boot sous Windows MAIS ne permet pas de gérer des clé de +de 35Go ET des fichier de +de 4Go.

Par contre, en NTFS pas de limitation de taille MAIS parfois des problème de reconnaissance au boot.

cliquer sur « 6 formater le support« .

Ensuite, cliquer « installer Grub BootLoader », des fenêtres apparaissent pour valider (bien prendre garde à ne pas écraser le MBR d’une des partitions de son PC).
En bas de la fenêtre, un texte en rouge indique si l’opération c’est bien effectué.

Une fois fait, on peut fermer le logiciel.

2-Easy2Boot

Ensuite copier le contenu du zip de la dernière version d’Easy2Boot (ou celle-la Easy2Boot_v1.29_DPMS) sur la clé USB SAUF le fichier grldr (grub) qui à été déjà installé via RMPrepUSB.

Une fois terminé, on trouvera sur la clé un dossier « _ISO » qui contient ça :

easy2boot-iso

Il suffit alors de copier les divers fichier ISO de LiveCD ou OS dans les dossiers respectifs : (backup, windows, linux, antivirus et mainmenu pour les inclassables).

Test

Une fois copier les ISO, on peut, via le logiciel RMPrepUSB, tester Easy2Boot et les ISO installé.
Il suffit de cliquer sur le bouton de droite « test using QEMU emulator« , choisir « 0 » pour utiliser la RAM du PC, et indiquer « 1024 » par exemple pour lui attribuer 1Go d’espace.

Le bouzin démarre et affiche une belle interface ou l’on peut choisir ces ISO ou autres.

easy2boot-menu

Utilisation

Certains logiciel (BitDefenderAntiVirus…) peuvent indiquer une erreur lors de leur exécution, du au faites que l’ISO et fragmenté sur la clé.
Pour corriger ça, RMPrep à dans ses options un outils pour défragmenter la clé : Drive/Make all files on drive contiguous

A faire donc à chaque ajout de nouvelles ISO, au cas ou !

Il est préférable aussi de brancher la clé sur un port USB2.

Réparation

En cas de non-reconnaissance de la clé, on peut sans problème repasser par RMPrepUSB et :

  • « 6 formater le support« 
  • « installer Grub BootLoader »

Les ISO est autre fichiers de la clé ne seront pas supprimés.

 

Tuto vidéo de Easy2Boot

tuto et astuces

 

 

Catégorie : LOGICIELS | Commenter
octobre 5

Monter un disque-dur USB sur le raspberry

Le matériel

Le raspberry ne pouvant pas alimenter par lui même un disque externe, il faut la passer par un hub auto-alimenté.
Ou plus fort, en branchant le HUB (alimenté) au disque-dur ET au connecteur USB du raspi, avec un cable USB en Y (la partie la plus courte du cable sur le HUB), c’est le HUB qui alimente électriquement le Raspi en énergie, on se passe d’un transfo donc !
Installer la prise en charge des disque NTFS, ça peut prendre quelques minutes et rien n’est indiqué à la fin.
sudo apt-get install ntfs-3g
Pour vérifier, taper :
sudo fdisk -l
La ligne disk/dev/ nous donne le nom du point de montage temporaire du disque externe (sda, sdb…), le dossier « dev » montre points de montage des disques et partitions.
Dans le monde de linux, tous lecteurs externes (disque, clé) doivent se « monter » c’est à dire faire une liaison entre le point de montage et un dossier préalablement créé.
Sur certaines distribution néanmoins, les lecteurs externes sont automatiquement reconnus  dans le dossier « media » ou « mnt », c’est le cas avec la distribution RaspDebian par exemple.
ATTENTION : Même visible en FTP , on ne peut transférer dessus. Car ses droits lecture/écriture sont limités. Ils faut les modifier avec la commande CHMOD :
sudo chmod -R 777 /media/nom_du_DD/
(Bien mettre le / à la fin)

Le formatage

Un disque en NTFS n’est pas aussi bien géré qu’un disque au format ext3/4 (natif de Linux).
Des tests montrent que les débit d’écriture entre la carte SD du Raspi (ou une partition ext4) sont mauvais.
de plus,  le NTFS-3g  peut utiliser beaucoup de ressource processeur. Pour ma part, mon Raspi en syncro BitTorrent sur KimSufi (sur les initiés…) à un average load de +de 94% et -de 10Mib de mémoire de libre.
Mais le NTFS c’est quand même plus simple pour communiquer avec un PC Windows !

Si le disque ne se monte pas

sudo mkdir /media/nom_du_DD/

Ensuite, ce point de montage/dossier/, doit être attribuer au lecteur physique. Cela ce fait via son identifiant appelé UUID.

Pour afficher les UUID des différents lecteurs :
sudo blkid
(sudo blkid -g permet de mettre à jour le cache UUID)
PS:  l’UUID change à chaque formatage du disque

Monter le disque

Pour faire comprendre à Linux que l’on souhaite accéder, de manière temporaire ou permanente à  ce disque, on doit le  « monter » c’est  à dire lui attribuer un dossier.

De manière temporaire

sudo mount -t ntfs /dev/sda1 /media/nom_du_DD
Le sda1 étant trouvé avec la commande vu plus haut (…by-uuid) et non avec fdisk.
Fdisk donne sda et blkid sda1 (le chiffre correspond à la première partition du disque)

De manière définitif

On doit l’indiquer dans le fichier fstab (table de montage) de Linux.
Ouvrir et éditer :
sudo nano /etc/fstab
Se déplacer avec les flèches du clavier (il est préférable aussi de taper les chiffres et point sans passer par le pavé numérique du clavier)
et rajouter ces ligne :
#mon disque 2.5 externe de 500 Go
UUID=************** /media/nom_du_DD ntfs-3g defaults 0 0

defaults : permet de monter le disque au démarrage, de le mettre en lecture/écriture
On peut rajouter :

  • locale : pour la prise en charge des caractères Francais
  • umask : à 0022 met un droit CHMOD de 755
  • 0 0 : pour ne pas voir les infos de débogage et pour ne pas vérifier (scandisk) le disque
Pour fermer : Crtr+X, oui, entrée
Rebooter le raspi (sudo reboot)
ATTENTION :
Dans mon cas, au reboot du raspi, le disque n’est pas monté automatiquement.
par contre, si je débranche/rebranche l’alimentation, il se monte.
En cas de problèmes d’accès au disque ou de droits
Démonter le disque
sudo umount /media/nom_du_DD
et rebooter
Monter le disque en forçant la reconnaissance de l’utilisateur « pi » (ou autre au besoin):
sudo mount -t ntfs uid=pi,gid=pi /dev/sda1 /media/nom_du_DD
A ce stade, le disque externe est accessible via FTP ou par les programmes installés sur le raspi.
On peut allez plus loin et le gérer sur un réseau Windows, via le protocole SAMBA.

Liens utiles :

avril 13

Zalman – Disque-dur bootable

Si vous cherchez une solution pour utiliser des LiveCD Linux, de dépannage informatique et même d’installation de Windows SANS passer par un gravage fastidieux sur un CD rom OU une laborieuse et incertaine utilisation de clé USB bootable… la solution EST un boitier USB disposant d’un petit OS le rendant bootable, j’ai nommé le Zalman ZM-VE300.

Ce boitier existe en version USB2 ou USB3. Il suffit de lui rajouter un disque-dur de 2.5 pouces pour le rendre utilisable.

zalman - schema

Une fois fait, il faut créer dedans un dossier appelé « _ISO » et d’y coller dedans toutes ses fichier.ISO correspondant à autant de bootCD que l’on souhaite.
Dans ce dossier, on peut créer des dossiers et mettre les diverses ISO dedans, histoire de les classer par thématiques.
Mieux vaut éviter de donner des noms de  avec des accents, espace ou autres caractères spéciaux.
je recommande aussi de défragmenter régulièrement le disque, les bootCD aime bien de ISO stable.

zalman - dossier

Le reste du disque peut être utiliser pour mettre ce que l’on veut, en utilisation de disque-dur externe classique donc.

Une fois fait, il suffit de connecter le zalman en USB au PC AVANT de démarrer et de dire au PC de booter dessus, selon le BIOS utilisé les touches peuvent êtres ESC, F12, F8…

zalman-bios
Le Zalman dispose d’une molette permettant de choisir différents mode d’utilisation. Je préconise le mode DUAL (voir photo du LCD) qui permet d’avoir accès au ISO de boot mais aussi au disque-dur classique.

zalman-lcd

Voila, adieux CD et DVD !!!

Un ZMVE-300 – UpdateTools(R1187N)_x86 permet aussi de mettre le firmware à jour.

En cas de pépin à l’installation, un bon tuto en Anglais.

 

 

 

 

 

février 10

activer le Debug USB sur CyanogenMod

Sur les dernières version de CM, la rubrique « options pour les développeurs » n’apparait plus nativement.

Pour la faire ré-apparaitre, il faut dabord allez dans le rubrique a propos du téléphone / numéro de build et tapez plusieurs fois dessus, un message apparait alors indiquant que « vous êtes développeur » et la fameuse rubrique sera de retour.